Image by Judith Scharnowski
Cours de Dessin,  Maîtrise technique

Comment travailler le volume d’un objet ? Part 2

Partie 2 / Le Volume

Je retrouve Frédéric à 14h, non pas dans un lieu improbable mais sur le net. Il est en week-end en Vendée et nous avons décidé de faire le cours en vidéo.

Cela m’arrive de donner des cours en vidéo et c’est une approche supplémentaire à l’apprentissage du dessin. Pour les personnes qui habitent loin, qui ne peuvent pas ou n’ont pas le temps de se déplacer, c’est parfait !
Même les médecins proposent aujourd’hui des séances en vidéo. 

Frédéric a ramassé plutôt dans la matinée des coquillages de la plage. On pourrait se dire que le sujet est banal mais pour apprendre le volume, c’est parfait !

Aujourd’hui, nous parlerons de creux et de pleins, d’arrondis et de finesse, d’ombres et de lumière

Mais le sujet principal, qui ressort de ce cours avec Frédéric, est le sens des traits. 

Il a positionné les 3 coquillages sur une table basse en face de lui sur un plateau miroir. La lumière vient de la droite de sa fenêtre. Au lieu du miroir, je lui demande de mettre un papier blanc sous ces trois éléments ce qui donnera des ombres portées sur le papier, de choisir la composition qui l’intéresse et d’enlever tout ce qu’il y a sur celle table et qui obstrue la lumière.

Bref, qu’il range un peu chez lui 😉

Quelle est la première chose que tu observes ?

Frédéric :
Je vois des creux et des pleins, des formes convexes.

La première observation à faire est « D’où vient la lumière ? » 
Nous avons une belle lumière diffuse qui vient de la droite. Nous travaillerons sur la lumière et ses valeurs. C’est la lumière qui crée le volume.

Repérez d’où vient la ou les lumières, naturelles ou artificielles.

Sur cette composition, nous avons deux éléments en creux, nous dirons une coque et une huître, placées sur le dos et un couteau, de forme longue et presque plate.

5 ÉTAPES sans trop réfléchir : REPÉRAGE !

1ère étape :

Tu dessines tes trois éléments rapidement au contour en faisant attention à leur rapport entre eux : distance, taille et placement dans ta feuille.
Tu peux placer des traits (légers) pour t’aider à placer tes éléments au bon endroit. 

Frédéric :
– Facile ! 😉 Je me moque avec moi-même !! 😉

– 2ème étape :

Dessine légèrement tous les détails les plus importants. LES PLUS IMPORTANTS, j’ai dit 🙂 : les rebords des coquillages et les éléments à l’intérieur des coquillages. 

– 3ème étape :

Ce qui peut-être intéressant, c’est de maintenant souligner les ombres les plus fortes.
Par exemple : sous les coquillages, à l’intérieur en délimitant des parties.

Frédéric a commencé avec un crayon 2H, il passe au 4B pour être plus tendre.

Je vous conseille : pour faire des traits en finesse avec un crayon tendre, tenez votre crayon plus sur la mine et avec délicatesse que sur la tranche ou vous pourrez faire de la matière.

Frédéric :
– Est-ce que cela ressemble à une huître, une conque et un couteau ?

Pas encore !!

Frédéric n’as pas vu que la conque avait plus d’ombres sur la droite que sur la gauche. De mon côté, Frédéric m’a envoyé en début du cours une photo par smartphone de ce qu’il voit et me montre au fur et mesure l’évolution de son croquis.

Je lui envoie sur son téléphone une image qui illustre mon propos pour qu’il comprenne tout de suite.

L’ombre sous la coque est la plus sombre et crée un contraste la conque.
Mais aussi à l’intérieur de la coque sur la droite.

Frédéric :
– C’est quoi la différence entre les ombres et les valeurs ?

Mieux comprendre ce que je dessine :
2 types d’ombres existent : les ombres portées et propres.
Ces ombres créent des valeurs. L’ombre est l’ensemble de la surface grise et la valeur est les différents gris que composent l’ombre.

(Définitions en bas de l’article) 

4ème étape :

Comment travailles-tu l’intérieur de tes coquillages ? Comment-tu retranscris la matière ? Comprends-tu créer le sens du volume ?

Comment vas-tu dessiner le sens de tes traits pour créer tes volumes ?

Je lui fais comprendre la matière de la coque, plutôt lisse, douce et fine mais aussi le sens de ses traits pour créer le creux et donc le volume de son coquillage

Attention aux traits trop forts, mal placés, estompez-les rapidement avec votre gomme sinon on ne comprendra pas le volume.

À certains endroits, les contrastes sont forts, on passe du sombre au blanc du papier. À d’autres endroits, nous devons travailler le dégradé : léger et en finesse pour une matière lisse comme la coque, l’huitre est travaillée d’une autre matière.

Les traits de Frédéric sont assez bruts !

Frédéric :
– Comment fais-tu pour débrutaliser les traits ?

  • Bien te positionner pour accompagner tes traits, ton coude prend appui comme un pivot. Tout le bras travaille.
  • Tu déplaces ton papier ou ton carnet pour être plus à l’aise.
  • Tes traits sont arrondis pour réaliser le creux de tes coquillages.
  • Tes traits créent une surface en dégradé les uns à coté des autres. Ils sont liés entre eux. S’il y a trop d’espace entre eux et qu’ils ne vont pas dans le sens du volume, on pourrait comprendre qu’il y a de l’herbe ou des poils dans ton coquillage 😉

Frédéric :
– Comment faire comprendre pour ma coquille est concave ou convexe ?

L’observation est PRI-MOR-DIAL. Bien comprendre son sujet, c’est prendre le temps de le regarder et aussi de savoir analyser son dessin.

Mais aussi :

  • Rehausser certaines parties et foncer d’autres.
  • Bien travailler les parties intérieures des coquillages pour comprendre leurs positions.
  • Ne pas mettre de contours de même valeurs partout (surtout pas !!!)
  • Travailler progressivement en suivant chaque étape sans se crisper !
  • Placer les ombres portées qui sont à l’intérieur et celles qui sont à l’extérieur
  • Travailler différemment chaque matière (force sur le crayon, placement de votre main, choix de votre outil..)

Je conseille à Frédéric de ne pas dessiner tous les micros détails à l’intérieur de l’huître. Ça n’a pas vraiment d’intérêt et cela pourrait finalement perturber la lecture.

me étape :

Après avoir travaillé l’huître. Frédéric dessine les ombres portées sous les coquillages. 

La lumière vient de droite. On voit le sens de la lumière qui vient de droite à gauche. De notre élément vers l’extérieur. En douceur car la lumière naturelle est assez diffuse.

Je lui envoie une image pour lui faire comprendre mon propos. Le sens de l’ombre et le sens du trait.

Pour Frédéric, c’est l’information du jour : le sens de ses traits !

Je le laisse finir seul son dessin qu’il m’envoie en photo dans la soirée !

Merci Frédéric !

Pour mieux comprendre ce que je dessine :
le lexique L’Art de Dessiner :

L’ombre propre est l’ombre produite sur la zone non exposée à la lumière de l’objet ou de la surface.

L’ombre portée d’un objet ou d’un volume est la projection d’un zone soustraite aux rayons lumineux soit au sol ou sur un autre objet.

Une valeur est composée des différents gris que composent l’ombre réalisée en variant l’intensité de son trait et la densité de ses lignes. Ce sont les valeurs qui créeront le volume du dessin.

Convexe est une forme bombée vers l’extérieur.

Concave signifie creux, soit une forme arrondie vers l’intérieur.

Vous avez aimez cet article ou vous ne l’avez pas aimé ? Merci de me le dire en commentaire 🙂

Quelle est votre principale difficulté quand vous dessinez un objet ?

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

2 Comments

  • Alicia

    Merci pour cet article Charlotte !
    Pour le lexique qui aide à mieux intégrer les concepts, pour les illustrations qui aident à la compréhension du cheminement et pour le choix de l’exercice !!!
    C’est bon de savoir que tu donnes des cours en vidéo ! 😉

    • Charlotte Payen

      Oui c’est une approche originale et aussi intéressante que les autres.
      Et il n’y a plus de limites, c’est top !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :